Nouvelle traduction du Notre Père

«Ne nous laisse pas entrer en tentation…» la nouvelle traduction du Notre Père entrera officiellement en vigueur dans la Suisse francophone le dimanche de Pâques 2018.

La nouvelle formule française du Notre Père «ne nous laisse pas entrer en tentation» est déjà en vigueur dans les pays francophones depuis le 1er dimanche de l’avent 2017.

Après concertation, les Églises chrétiennes de Suisse ont choisi la date de Pâques, le 1er avril 2018, soit le dimanche de Pâques pour introduire la nouvelle version de la prière la plus usitée du christianisme.
Dans un communiqué commun, les Églises catholique, protestante et catholique-chrétienne précisaient à l’automne 2017: «La Conférence des évêques suisses (CES) a accepté de repousser à Pâques 2018 l’entrée en vigueur d’une modification dans la traduction française du Notre Père, et non plus au début de l’avent 2017 comme précédemment annoncé. Les autres Églises chrétiennes suisses, d’expression française, se déclarent soulagées : cela permettra à chacune d’entre elles de consulter ses instances décisionnelles dans l’espoir de se rallier à cette modification du texte de la prière universelle.»

Version francophone du Notre Père

C’est en 1966, à la vigile pascale, qu’a été introduit dans la liturgie la version francophone commune du Notre Père. Une conséquence directe de la réforme liturgique initiée par le concile Vatican II. Les autres Églises francophones s’unirent à cette prière renouvelée. ‘Et ne nos inducat in tentationem’ est remplacé par ‘Et ne nous soumets pas à la tentation’.
Dès les années 1960, certains théologiens estiment la traduction peu adaptée. Dieu pourrait-il nous soumettre à la tentation?, demandent-ils. La traduction ‘Ne nous laisse pas entrer en tentation’, confirmée dès 2013 par la Congrégation pour le culte divin, écarte l’idée que Dieu pourrait nous soumettre à la tentation. Le verbe ‘entrer’ reprend l’image d’un mouvement, comme le combat spirituel auquel est appelé le croyant.

Pour mieux comprendre cette nouvelle traduction, retrouvez l’article du Frère Luc Devillers, dominicain, paru dans le magazine Disciples aujourd’hui du mois d’octobre 2017.

Croix_01.jpg

À lire pour approfondir

Voici une sélection d’ouvrages qui peuvent nous aider à approfondir la prière du Notre Père.
Ces livres sont disponibles au Service de documentation de l’Église catholique à Fribourg (boulevard de Pérolles 38) http://scccf.ch/documentation/

Quand vous priez, dites Notre Père, Une méditation inédite, pape François, Editions Bayard - Vaticana, 2018.
Répondant aux questions du père Marco Pozza, théologien et aumônier de la prison de Padoue, le pape offre un commentaire, verset par verset, du Notre Père, mêlant à son interprétation des anecdotes personnelles et le récit d'épisodes de sa vie qui entrent en résonance avec la prière. Il évoque ainsi ses inquiétudes et le sens de sa mission apostolique. Une méditation inédite sur la prière que Jésus a donnée à ses disciples.

La prière du Notre Père, un regard renouvelé, Conférence des évêques de France, Editions Bayard – Cerf- Mame, 2017
La mise en œuvre de la nouvelle traduction du Notre Père est une opportunité pour les fidèles de se réapproprier la prière enseignée par le Christ à ses disciples. Les évêques de France ont estimé qu’elle était aussi l’occasion de manifester l’unité de l’Église dans la diversité de ses pastorales.
Dans cet ouvrage, huit évêques commentent chacun un des versets du Notre Père. L’exercice de leur mission, propice au discernement des «signes des temps», leur donne toute latitude pour s’exprimer sur l’actualité de cette prière au statut unique.

Ne nous soumets pas à la tentation, Jean-Denis Kraege, Editions Cabédita, 2016
La phrase «ne nous soumets pas à la tentation» a été changée en «ne nous laisse pas entrer en tentation». Est-ce donc Dieu qui soumet à la tentation? Si oui, pourquoi? Dans la première partie de cet ouvrage, l’auteur examine les arguments bibliques et théologiques pour et contre un Dieu tentateur. À la question posée, il répond que, si Dieu permet que nous soyons soumis à la tentation de désespérer de lui, c’est soit pour nous faire revenir à lui, soit pour empêcher notre foi de s’étioler. Dans un deuxième temps, Jean-Denis Kraege, pasteur de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud, examine un certain nombre de formes que prend la tentation de se passer de Dieu. Ensuite, il se demande comment la révélation de Dieu nous permet de résister à chacune de ces formes de tentation. Enfin, il met en garde contre la tentation suprême: celle consistant à croire que je ne suis pas soumis à la tentation.

Notre Père (pour ne plus rabâcher), Jocelyn Dorvault, Editions du Cerf, 2017
Est-il prière que nous connaissons mieux que le Notre Père? Récité dans toutes les liturgies, dit et redit à l’intime de notre rencontre avec Dieu, appris par cœur, il est souvent débité comme une rengaine. Dans ce petit livre le dominicain Jocelyn Dorvault nous invite à redonner sens, pour aujourd’hui, à ses formulations anciennes. Nous y découvrons, pas à pas, comment les différentes demandes que nous faisons à Dieu nous engagent aussi et parlent, finalement, tout autant de nous que de lui. Un commentaire passionnant et enrichissant du Notre Père dans sa nouvelle traduction. Un antidote au rabâchage. Un guide de prière.