Nouvelle formulation du Notre Père

Le dimanche de Pâques les francophones de Suisse romande en priant le Notre Père, ne diront plus «Ne nous soumets pas à la tentation» mais «Ne nous laisse pas entrer en tentation». Pour mieux préparer ce passage, le Service Accompagnement et formation en pastorale (AFP) du vicariat épiscopal de Fribourg, en lien avec le Service de communication, a réalisé une série de brefs entretiens vidéo qui abordent ce changement par différents points de vue, dans le concret de la vie de tous les jours.

P_HM_Couette.jpg

Sans tentation aucun homme n'est sauvé

Par le Père Henri-Maire Couette, cistercien

Lien vers la vidéo

EmmPittet.png

Un temps d'adaptation est nécessaire

Par Emmanuel Pittet, responsable musical au Centre romand de pastorale liturgique

Lien vers la vidéo

LucDev.jpg

Pour des raisons pastorales nous devons privilégier la langue cible

Par Frère Luc Devillers, dominicain, professeur de Nouveau Testament à l'Université de Fribourg

Lien vers la vidéo

CorGirard.png

Certains enfants ne savent pas le Notre Père

Par Corinne Gérard, catéchiste au sein de l'UP Saint-Jospeh

Lien vers la vidéo               

ClaudeBlaser.png

«Un enjeu œcuménique» mais un terrain d’opportunité

Par le chanoine Claude Ducarroz, ancien prévôt de la cathédrale de Fribourg et le pasteur Pierre-Philippe Blaser, président du Conseil synodal des Églises protestantes du canton de Fribourg.

Lien vers la vidéo