Université de la solidarité et de la diaconie

Les 29 et 30 janvier 2019 plus de 200 personnes ont participé à Fribourg la première Université de la solidarité et de la diaconie. Durant 2 jours, les participants ont vécu des temps de témoignages, des temps d’échange autour de la Bible, des temps de repas, de convivialité, de partage et de prière. Ils sont entrés dans une démarche imprévue pour se laisser enrichir par la rencontre. Souvenir en images.

    /simplegalerie/universitesolidarite

    Ils sont venus de toute la Suisse romande: évêques, prêtres, diacres, agents pastoraux engagés dans la Solidarité au niveau de leur diocèse, canton ou unité pastorale, étudiants de l’Institut romand de formation aux ministères, séminaristes, personnes interpellées par le sujet ou vivant dans la précarité, catholiques, musulmans ou sans religion. Durant deux jours à l’Université de Fribourg, ils ont essayé de se laisser interpeller et enrichir par ce que l’autre peut m’apporter.

    Les participants ont eu un programme varié. De nombreux témoignages, souvent poignants, ont été présentés. Les temps de partages bibliques ont été des lieux d’échange profond. Des ateliers chant, évangile et peinture, théâtre, audio-vidéo… leur ont permis de s’ouvrir, de découvrir des richesses ou des facettes de leur personnalité parfois inexplorées.

    Le mardi soir une veillée de prière à l’église Sainte-Thérèse a rassemblé les participants. Ce fut un moment important ou les membres de l'assemblée se sont mis sous le regard de Dieu. Ils ont prié les uns avec les autres et les uns pour les autres. Suite à la lecture du lavement des pieds, ils ont été invités, par groupe, à se laver les pieds les uns des autres. Une démarche humble, permettant à chacun de se découvrir enfant de Dieu, frère et sœur en humanité.

    Quelle place pour les plus vulnérables?

    Le Père Etienne Grieu, jésuite, président et professeur aux Facultés Jésuites de Paris (Centre Sèvres), était l’invité de cette session. Il a proposé aux participants à réfléchir à la place donnée aux plus vulnérables au sein de nos communautés. Il a esquissé quelques pistes. «La première et la plus simple que chaque baptisé peut mettre en œuvre, est de voir comment dans l’ordinaire de ma vie j’accueille les personnes qui se présente à moi avec ce qu’elle est, avec ses richesses et ses pauvretés. L’Église est revigorée lorsqu’elle garde le souci de la vraie rencontre», a-t-il affirmé. 

    Diplômés

    La session a été clôturée par une messe festive animée par l’atelier chants. Après avoir pu durant deux jours parler entre eux, les participants se sont non seulement mis à l’écoute de la Parole de Dieu, mais ils sont repartis avec elle. Les évêques ont en effet distribué à chaque personne un livre contenant le Nouveau Testament et les psaumes. Les participants ont également reçu un diplôme, signe tangible de leur participation à ce temps fort en échanges et en émotions. 
    Organisé conjointement par les services «Solidarité» des diocèses et cantons de Suisse romande et le Centre catholique romand de formations en Église (CCRFE) cette première université de la solidarité et de la diaconie a été un véritable succès. À la fin de la rencontre, une seule phrase était sur toutes les lèvres: à quand la prochaine?

    Texte et photos Véronique Benz

    Témoignage d’un participant:

    Ces deux jours ont été très intenses en émotion. J’ai vécu des journées remplies de bienveillance et de solidarité. Les échanges étaient profonds et très respectueux. Il était facile de parler avec les autres, de s’ouvrir à l’autre. J’ai pu communiquer de manière très simple, mais en vérité. Je me suis senti comme dans une grande famille. Si seulement, c’était toujours ainsi dans la vie quotidienne! 
     
    Grâce à cette rencontre, j’ai retrouvé confiance, espoir et espérance. J’ai à nouveau foi en l’humanité et en la solidarité. J’ai le plaisir et l’envie de continuer ma route. Si une prochaine édition est organisée j’y participerai.